Le travail c’est trop génial !

« Le cheval c’est trop génial »
(Fédération Française d’Equitation)

 

C’est un thème qui revenait souvent au fil de mes écrits, mais jamais je ne lui avais fait l’honneur d’être à la une : le TRAVAIL ! (« Youpi ! On attendait que ça ! »)

Pourtant, le travail mérite qu’on s’y attarde et qu’on y réfléchisse tellement il occupe une part importante de nos vies (part encore insuffisante pour certains). D’ailleurs, on notera que la première question que nous posons à une personne que l’on rencontre est : « Qu’est-ce que tu fais dans la vie ? », sous-entendu : « Quel est ton travail ? ». Cela est beaucoup trop réducteur comme première approche ! Le risque de se faire une fausse image de la personne est trop important : par exemple, si quelqu’un me répond : « Je fais du web marketing dans une start-up d’objets connectés. », je vais instinctivement le classifier dans mon esprit en tant que « gros con », et je ne vais pas chercher à creuser. Peut-être à tort.

Je milite donc, pour que désormais, nous élargissions la question à : « Qu’est-ce que tu aimes dans la vie ? ». Et là, peut-être que, pour reprendre mon exemple précédent, la personne va choisir de me parler musique, cinéma, littérature, sport, etc… et une conversation pourra s’engager. Bon, après, il est également possible qu’elle me réponde : « Ce que j’aime dans la vie ? Le web marketing. D’ailleurs je travaille dans une start-up qui fabrique des objets connectés… » et là, je pourrai sans remord, le classifier dans la catégorie « gros con ».

Ceci étant dit, j’ai choisi de m’attarder aujourd’hui sur le travail car ma vision à ce sujet a récemment évolué. J’avais un point de vue très pessimiste de la chose, qui pouvait se résumer ainsi : « Le travail c’est de la merde. » Bon, j’essayais d’y penser le moins possible, notamment le matin en me rasant, avant de partir au boulot, car un accident, du style tranchage de carotide, est vite arrivé… (Je plaisante évidemment : je ne me rase pas le matin.)

Mais tout ça, c’est fini ! J’ai de nouveau foi en l’avenir ! Le travail c’est trop génial !

Si j’ai pu changer d’avis, c’est parce que ma vision était tronquée et subjective. Par exemple, pour tous ceux qui sont passionnés d’étymologie (population que l’on peut estimer, selon la police et les manifestants, à 1 : mon père), l’idée selon laquelle le mot « travail » serait issue du latin « tripalium », qui désigne un instrument de torture, est fausse. En réalité, l’origine renverrait plutôt à une idée de mouvement (d’où la consonance avec l’anglais « travel », voyager), de passage (d’où la consonance entre « trabajo », le travail en espagnol, et les « traboules » qui désignent un passage à travers des pâtés de maisons), nécessitant un effort (d’où le travail qui désigne la phase d’accouchement depuis le Moyen-Âge). Le travail exprimerait donc plutôt l’idée de passage d’un état à un autre, d’atteinte d’un but, en produisant un effort ou en franchissant un obstacle. Sans pour autant que cela soit intrinsèquement un supplice.

Hormis pour essayer d’impressionner mon paternel, je ne m’attarde pas là-dessus par hasard. Cette idée reçue n’est pas anodine, elle n’est pas innocente. L’idéologie derrière est vicieuse : nous laisser penser que la souffrance au travail est naturelle, qu’elle en est l’essence-même. Et moi, naïvement, j’y ai cru ! En même temps, il faut bien reconnaître que l’expérience du travail est plutôt conforme au sombre tableau que l’on dépeint. Les causes de souffrance sont multiples : manque de moyens, sentiment d’inutilité, hiérarchie qui se prend pour votre chef, réveil qui sonne alors qu’on dort, horaires totalement inadaptés à notre rythme biologique (par exemple, moi, la journée j’aime bien me reposer. Sinon après je suis trop excité et je ne dors pas la nuit.), tâches contraignantes (par exemple, si notre travail c’est de faire ci, alors que nous on aime faire ça, et bien il faut quand même faire ci).

Mais une autre voie est possible !

Cette voie est développée par Bernard Friot, économiste et sociologue de renom (pour ceux qui connaissent son nom), dont j’ai eu la chance d’assister à une des conférences. Pour faire simple[1] : l’idée est de reprendre le contrôle sur le contenu de notre travail dont les contours sont aujourd’hui dictés par les capitalistes. Pour faire vulgaire : les patrons c’est des enculés donc, en toute logique, ils nous enculent.

En définissant de façon libre et autonome le contenu de son travail, on s’offre l’opportunité d’aller là où on se sent utile socialement, d’aller vers ce que l’on a envie de faire, vers ce que l’on aime faire (et, a priori, personne ne va se diriger seul vers du web-marketing). Pour pouvoir s’épanouir pleinement, sans avoir l’angoisse du frigo vide, le système serait soutenu par une rémunération à la qualification, qui oscillerait entre 1.500 et 6.000 €, et qui serait garantie à vie.

D’ailleurs, ils sont déjà de plus en plus nombreux à se lancer à l’aveugle dans l’aventure. Ce sont généralement des employés de bureau, conscients de la superficialité de leur contribution à la société, qui refusent de continuer à exécuter des tâches inutiles et vides de sens (les fameux bullshit jobs) et choisissent de s’émanciper. Malheureusement, pour le moment, tout est fait pour que la tâche soit complexe et les barrières nombreuses. Du coup, il faut nécessairement se marginaliser et, dans mon esprit, le projet se limite à des hippies qui marchent pieds nus et qui jouent du ukulélé autour d’un feu de camp. Non merci, j’aime trop ma musique pour écouter du ukulélé.

N’empêche que je suis ressorti de cette conférence plein d’enthousiasme (ce qui se caractérise en général chez moi par un léger plissement de de la fossette gauche. Que les plus optimistes pourraient qualifier de « sourire ») et d’envie de propager la bonne parole. Même si cela peut sembler utopique, même si cela ne sera sûrement pas pour aujourd’hui, ni pour demain, il est évident que le système actuel ne peut pas perdurer indéfiniment. Il engendre trop de souffrance et d’inégalités. Et rien que de savoir que des gens réfléchissent à un autre système, que des gens se lancent, essaient ou simplement soutiennent : cela fait un bien fou.

Mais très vite l’enthousiasme est redescendu (un peu comme quand tu rêves que tu fais l’amour avec Rihanna et que finalement non, tu ouvres les yeux et c’est juste ta femme. Qui s’est endormie depuis 10 minutes). Je me suis confronté à toutes les résistances et réticences possibles : « C’est bien beau tout ça mais comment on finance ? » « Mais j’aime bien mon travail moi » « Et qui va choisir de ramasser les poubelles ? » « Tout le monde va en profiter pour rien foutre. Les gens sont cons tu sais. »

Sur ce dernier point je suis d’accord. Rien ne changera jamais. Les gens sont trop cons.

 

Mati.

[1] Ce qui en réalité n’est pas le cas, donc pour ceux que cela intéresse et qui voudraient approfondir le sujet, je vous invite à jeter un coup d’œil par ici :  http://www.reseau-salariat.info/?lang=fr

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s