Je serais prêt à mourir pour mes idées. Encore faudrait-il que j’en aie.

« J’essaie d’être un homme bien mais je suis plutôt moyen »
(Orelsan – San)

Je serais prêt à mourir pour mes idées.
Encore faudrait-il que j’en aie.

Je m’insurge contre l’industrie de la viande qui massacre sans scrupule des milliers d’animaux.
Je mange toutes les semaines à Mac Do.

Je ne comprends pas que l’on puisse mettre des fortunes dans un téléphone fabriqué par des esclaves, juste parce que c’est un IPhone.
J’achète des tee-shirts blancs, fabriqués par des enfants au Bengladesh, plus de 30€, juste parce qu’il y a le logo Nike dessus.

Je m’oppose à la politique de Macron, qui consiste à taper dans la poche des pauvres pour garnir davantage celles des riches.
Je ne soutiens pas ces pauvres gilets jaunes qui se réveillent uniquement lorsque l’on vient taper dans leur poche.

Je m’exaspère des inégalités croissantes dûes à un évident manque de solidarité.
Je n’ai jamais donné ni de mon temps, ni de mon argent à une association.

Je me désole de la mollesse des gens qui se laissent exploiter sans bouger une oreille.
J’ai autant d’ambition qu’un chat : Manger, dormir, me faire caresser.

Je prône pour plus de diversité.
J’ai UN ami noir.

Le déterminisme social me révolte.
Mes amis sont ingénieurs, docteurs, professeurs, éducateurs.

Je me moque des narcissiques accros aux selfies.
Je me réjouis d’avoir 500 abonnés sur Instagram.

Je vante les mérites de la culture.
Je n’ai pas loupé un épisode de la télé-réalité « 10 couples parfaits ».

Je vais chaque année à la fête de l’Huma, festival qui invite à la réflexion : « Trois jours pour refaire le monde ».
Je n’ai jamais participé à aucun débat et je me rue au stand Ricard.

La consommation à outrance malmène notre vision du bonheur.
J’ai un smartphone, plusieurs consoles de jeu, des habits que je n’ai jamais mis et suffisamment de paires de baskets pour en changer tous les jours pendant un mois.

Nous ne nous définissons pas par nos paroles mais par nos actes.
Je suis immobile.

Mati.

Publicités

4 réflexions sur « Je serais prêt à mourir pour mes idées. Encore faudrait-il que j’en aie. »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s